Histoire

  • Paléolithique

    Il existe la preuve de la présence de l’homme dans la région de Cangas de Onis depuis la période Paléolithique. Les fouilles archéologiques dans les nombreuses grottes de la région nous donnent une idée approximative de leurs formes de vie.

    Caverne du Buxu

     

    Entrada de la vegetada Cueva del BuxuElle se trouve à quelques kilomètres de Cangas de Onis en direction à Covadonga, proche après Avoir fait un détour à gauche, proche du village de Cardes. Découverte en 1916, elle conserve des peintures et des dates utiles de la période du Solutréen (Paléolithique supérieur), cela fait 18000 ans. Les restes trouvés indiquent que la grotte était occupée au début de l’été par des chasseurs-probablement originaires de la côte- spécialisés en chasse de cerfs et de chèvres et également en pêche de saumons. Dans les restes trouvés, se distingue la sculpture d’un oiseau réalisée dans le croc d’un ours des cavernes.

    Dans les peintures murales, en plus des figures abstraites, il est nécessaire de noter les figures de chèvres gravées dans la roche ou peintes en noir, les deux beaux chevaux gravés avec de grands détails et un daim. La conservation de l’art rupestre de la Grotte du Buxu exige des soins exceptionnels. C’est pour cela que L’ON AUTORISE SEULEMENT L’ENTREE DE 25 PERSONNES PAR JOUR, EN GROUPE DE CINQ.

    Grotte de la Huelga

    Interior de la Cueva de la HuelgaElle se trouve à environ cinq kilomètres au sud-est de Cangas de Onis, dans une vallée parcourue par le ruisseau de la Brava (à côté du village Narmandi). Les eaux de ce ruisseau sont celles qui ont provoqué un complexe système karstique de galeries sous-terraines qui ne peuvent être parcourues qu’en la possession d’un équipement et de connaissance spécialisées. A l’abri de la grande visière rocheuse que constitue la bouche de la grotte, ont vécu des groupes de chasseurs pendant presque tout le Paléolithique Supérieur.

    Les fouilles archéologiques réalisées ont manifesté l’importance de l’occupation magdalénienne, (cela fait environ 14000 ans). Les restes trouvés, indiquent la présence au début des étés de chasseurs spécialisés en cerfs. Dans les restes trouvés, se trouvent des pointes fabriqués en corne de cervidé, une collection de pendentifs réalisée sur des dents et des os d’animaux, un tibia de cerf avec trois têtes de biche gravées sur sa superficie et une flûte qui constitue le plus vieil instrument musical de la région.

    Grotte des Azules

    Située à Contranquil, proche de Cangas de Onis. Il s’agit d’un ensemble de manteaux rocheux face à l’embouchure de la rivière Güeña dans le fleuve Sella. Dans la grotte des Azules, on notera la trouvaille de la tombe d’un homme, réalisée il y a environ 9500 ans, qui est actuellement conservée au Musée Archéologique d’Oviedo. A côté du cadavre, ont été trouvés divers objets propres aux chasseurs-cueilleurs de la région, ainsi que des restes de nourriture.

    La grotte est actuellement fermée et NE PEUT PAS ETRE VISITEE.

     

     

     

    Néolithique

    De la période Néolithique, il y a des preuves dans les grottes de Salamuda, Trespando et le Cuélebre, tout comme les dolmens de Santa Cruz et Abamia.

    Le domen de Santa cruz –le seul qui soit conservé- est composé de cinq grandes pierres qui forment la chambre dolménique et deux autres qui marque le début de la galerie, mettant en relief sa décoration picturale et ses gravures.

    Les dolmens d’Abamia ont disparu. De l’Age du bronze ont été trouvés des restes dans la grotte du Cuélébre, à Santianes et Güerañu.

    El dolmen de Santa Cruz

    De l’époque romaine vient des nouvelles de ce territoire appelé ” marbres ” vadinienses occupés par des personnes , des ennemis de Rome , et dont la domination résisté pendant des décennies se sont réfugiés dans les Picos de Europa . Enfin, ils ont succombé sous le poids de l’empire et autorisés influencés par la culture dominante , étant sur le territoire de Cangas pierres tombales abondantes montrant comment les populations locales ont adopté la langue et la religion et les coutumes romaines .

    Souvenir de la présence romaine est appelé pont romain dans la ville parce que même si médiévale dans son aspect actuel , remplace probablement une autre période romaine sur laquelle serait l’une des routes qui reliait le centre de la zone Asturias-Santander.

    Puente romano de Cangas de Onís

    Un tronçon de la route ( Calzada de Piedrafita ) dans la vallée de Cuerres est préservée.

    Surmonter une étape wisigothique , Cangas de Onis prend sa plus grande importance historique avec la révolte de Don Pelayo contre l’invasion musulmane. Après la victoire de Covadonga (722) Cangas une section précaire d’un royaume naissant qui finira par devenir le royaume des Asturies devient.

    Estatua del Rey Don Pelayo

    Morte Don Pelayo (735) quatre autres rois arrivent à sa cour à Cangas pendant 57 ans, jusqu’à ce que le roi Silo a décidé de passer à Pravia, probablement pour des raisons stratégiques, ainsi que la mort d’Alphonse III, leurs descendants décident de se déplacer Leon tribunal, plutôt mieux placé pour le gouvernement d’un plus vaste royaume.

    Dès ce moment, Cangas pénètre dans l’oubli pendant plus de huit siècles, nonexempt nouvelles de cours (fondations monastiques, des représentations dans les tribunaux, les visites des délégués réels…) Nous devons attendre l’événement tragique de la destruction du sanctuaire de Covadonga en 1777 pour être à nouveau prêter attention à la “site de la nation espagnole”, comme il est appelé à Covadonga. La longue convalescence du sanctuaire, dans le vingtième siècle sera presque le lien entre les grands événements de l’histoire locale et les siècles passés.

    Visites royales de Isabel II, Alfonso XII, Alfonso XIII, Juan Carlos I et Don Felipe de Borbon (proclamé ici comme Prince des Asturies) réussir. Le cardinal Roncalli aussi (avant d’être élu pape Jean XXIII , visiter le sanctuaire , comme S.S. John Paul I.

    La célébration du douzième anniversaire de la bataille de Covadonga en 1918 est choisie comme moment de la création du Parc National de la Montagne de Covadonga, premier des parcs espagnols.

    Et en 1978, récupéré les libertés démocratiques, tenue symboliquement à Cangas de Onis la constitution de la Junta General de la Principauté des Asturies, la collecte témoin l’ institution historique pour devenir le symbole de la représentation démocratique des les Asturias S. XXI .

Este sitio web usa cookies para mejorar su experiencia. Asumiremos que está de acuerdo con esto, pero puede optar por no hacerlo. Leer más

ACEPTAR
Facebook
Facebook
Google+
Google+
http://cangasdeonis.es/fr/histoire/">
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
Instagram